fbpx

LES 7 idées reçues de la digitalisation

La transformation digitale est un sujet complexe ?

VRAI. La complexité est un frein fréquemment mentionné par les dirigeants d’entreprise. Et surtout, la méconnaissance des technologies disponibles, encore perçues comme complexes. Selon une étude menée par BpiFrance, 28% des dirigeants l’identifient comme l’un des principaux freins à la transformation digitale.

Les dirigeants des entreprises font de la transformation digitale une priorité stratégique ?

FAUX. La transformation digitale est perçue par les dirigeants comme une opportunité de croissance et non pas comme une priorité stratégique. 25% des dirigeants voit la transformation digitale comme un passage obligatoire pour être plus user centric.

La digitalisation ne concerne pas toutes les entreprises, moi je n’en ai pas besoin.

FAUX. Selon une étude de la BPI, «une entreprise sur cinq est condamnée à disparaitre d’ici trois ans si elle n’engage pas sa transformation digitale». La digitalisation est un enjeu stratégique pour toutes les entreprises quels que soient leur taille, leurs cibles ou leur secteur d’activité.

Le digital, ce n’est qu’un argument marketing !

FAUX. Business, RH, marketing, processus de production, système d’informations… C’est toute l’organisation qui est concernée. Derrière la digitalisation se cachent de véritables enjeux stratégiques. Si ces enjeux stratégiques sont bien pensés, la digitalisation de l’entreprise va apporter des avantages indéniables à votre entreprise. Ces avantages sont cependant différents en fonction du point de vue. En voici quelques-uns :

Côté entreprise la digitalisation va améliorer différents aspects : 

  • Accélérer l’innovation (nouveaux produits, nouveaux axes stratégiques…)
  • Gain de temps dans les process

  • Mobiliser les collaborateurs. Une communication plus rapide et simplifiée entre les différents métiers au sein d’une même entreprise, et permet d’utiliser l’intelligence collective. Ainsi que des conditions de travail améliorées pour les collaborateurs

  • Une optimisation plus précise des dépenses et donc une augmentation de la rentabilité

  • Pouvoir collecter une grande quantité de données sur les clients pour affiner la cible de l’entreprise

  • La communication coûte moins cher, car elle est mieux ciblée

  • Gagner en excellence opérationnelle (valeur pour le client renforcée, meilleure rentabilité, croissance accélérée…)​

Côté client d’autres avantages :

  • En étant digitalisée, l’entreprise aura une meilleure image dans l’esprit des clients

  • Meilleure communication avec l’entreprise et donc une fidélisation plus importante

  • Obtenir une offre plus personnalisée et pertinente en fonction de ses besoins

  • La satisfaction client est plus grande, il peut en effet obtenir une assistance à n’importe quel moment de son parcours d’achat.

la technologie est le facteur clé pour gérer la transformation numérique.

FAUX. Ce sont les personnes car au-delà de la dimension technologique, la transformation digitale requiert un véritable changement de culture en interne. La technologie est certes partie prenante pour faciliter le processus, mais ce sont les personnes qui décident de la réussite ou de l’échec.

Les entreprises en forte croissance sont plus avancées dans leur transformation digitale ?

VRAI. Les entreprises avancées dans leur transformations digitales génèrent une croissance plus importantes que les autres entreprises.
Selon le baromètre de Acsel, 86% des entreprises ont vu leur croissance augmentée, 78% d’entre elles ont amélioré leur relation client et 69% des entreprises ont une meilleure efficacité opérationnelle.

Plus le dirigeant est jeune, plus il est « transformation digitale native »

FAUX. L’âge n’est pas un critère dans la transformation digitale. Certes les « digitales natives » sont nés avec la technologie entre les bras, mais la digitalisation n’est pas une gadgétisation d’une entreprise. La technologie est un moyen de digitalisation. La digitalisation implique une vision, et donc nécessite des compétences clés qui ne sont pas liées à l’âge du dirigeant.